Sam Lellouche : le rire c'est communicatif

C’est votre première expérience théâtrale, quelle différence majeure faites-vous par rapport à un rôle dans un film ou téléfilm ? et qu’appréciez-vous ?

Sam Lellouche : C’est totalement différent, le rapport direct avec le public, ça change absolument tout. C’est aussi très chaleureux. Ça permet de nous essayer à notre métier, de voir ce qui qui marche ou ne marche pas et de s’adapter. C’est très vivant. Quand ont fait du cinéma ou de la télé, on refait la scène apprise la veille, ou l’avant-veille jusqu’à 15 fois dans la journée. Il y a un côté plus simple qu’au théâtre. Au théâtre on n’a pas le droit à l’erreur, on ne peut pas couper. Plus jeune, je pensais que pour se lancer dans le théâtre il fallait déjà avoir un jeu d’acteur expérimenté avec des années de cinéma dans les pattes pour avoir une présence forte sur scène. Mais en fait, je me suis trompé. Il faut commencer par le théâtre pour pouvoir s’extérioriser, pour pouvoir être libre, mais attention, je n’ai pas la prétention de dire que le théâtre m’a fait devenir un grand acteur (rires).

Vous êtes le fils de Philippe Lellouche, qui a écrit et joué cette pièce il y a une vingtaine d’années, c’est un challenge de prendre la suite, comment vivez-vous cette expérience ?
Sam Lellouche : C’est un métier très compliqué et d’autant plus quand on est le fils de. On attend que le fils soit à la hauteur ou dépasse son père. C’est assez compliqué mais c’est aussi plaisant de vouloir dépasser son père, il y a quelque chose de beau là-dedans je trouve, de vouloir lui montrer regarde « je peux faire aussi bien que toi ! » J’ai un peu baigné dans ce métier depuis petit, c’est un métier qui me passionne il n’y a pas un moment où je me suis dit que j’allais faire autre chose en voyant mon père ou mon oncle*. Souvent on me dit que ça doit être plus facile pour moi de réussir dans ce métier car on se dit que les portes s’ouvrent plus facilement, ce n’est pas toujours le cas. Mais il est vrai que sans mon père, je n’aurai pas repris cette pièce.

Pourquoi avoir choisi cette pièce ?
Sam Lellouche : Cette pièce je l’ai vu plein de fois, petit. J’en connaissais d’ailleurs les dialogues par cœur, ceux de tous les personnages. Je me rappelais de ce qui fonctionnait bien, pourquoi le public riait.. Tout n’était pas dans le texte original, donc Avec David (Brécourt), qui a fait cette pièce pendant des années, on a intégré ces éléments dans cette nouvelle version. Avec les acteurs on a proposé pleins de choses par rapport à nos personnages pour la personnaliser et la réadapter au goût du jour bien que j’ai choisi cette pièce parce qu’elle était très bien écrite et très drôle.


Cette pièce relate une histoire d’amitié, connaissiez-vous vos compagnons de scène avant ?
Sam Lellouche : Alors non, on ne se connaissait pas. Clément Moreau et Alexandre Bierry, je les ai rencontrés le jour du casting par le biais de David Brécourt le metteur en scène qui m’a dit j’ai deux mecs à te présenter ils sont géniaux. On s’est lié d’amitié tout de suite parce qu’ils sont sympas ! et parce qu’on se marrent et le but de cette pièce surtout c’est de se marrer, et le rire c’est communicatif.  

 

Cinéma : Le Chat Potté 2, l'Agora, cinéma

Cinéma : Le Chat Potté 2

Le 7 février 2023

l'Agora
14h30

EN SAVOIR +